français English 日本語

Localisation de jeux vidéo

Traduction media et sous-titres

Rédaction créative, marketing et tourisme

Scène courte visant à présenter le personnage de Thomas
pour un des jeux de romance sur lesquels j'ai travaillé.

(Point de vue de Thomas)
Décor : petite Ramen-ya quelconque, à Tokyo, la nuit.


      Je sirote ma bière, accoudé au comptoir devant mon bol de ramen vide, en observant les gens.
      La clientèle est un mélange d’employés de bureau abonnés aux heures supp qui engloutissent leurs nouilles de minuit le plus vite possible, de célibataires endurcis venus noyer leur solitude dans un fond de saké, d’étudiants fauchés mais bruyants, heureux d’être là, au milieu de la nuit, quand les autres dorment. Et de moi.
      Si un autre observateur solitaire m’observait du coin de l’œil, que verrait-il ?
      Un étranger de plus, vêtu avec style, eh, quand même, mais le visage fermé, l’air hostile. Pas commode, sans doute.
      Je me demande si j’ai déjà eu l’air avenant.
      Avant.
      Je chasse mes pensées avant qu’elles ne me ramènent trop vers le passé. C’est fini, je dois tourner la page. Je suis un autre homme.
      Je paie l’addition et sors dans la rue respirer un peu d’air frais.


Changement de décor, rue de Tokyo, nuit.

      Pour ne pas me laisser happer par mes souvenirs moroses, je cherche à convoquer une image chaleureuse, n’importe laquelle. Étrangement, c’est le visage de la jeune fille que j’ai rencontrée au sport qui apparaît en premier. Je dois reconnaître que cela faisait longtemps que je n’avais pas vu un tel sourire. Elle semble si pure, si innocente.
      Elle m’a dit être étudiante. Son plus gros souci est de réussir son entrée à l’université, de savoir dans quel club elle va s’éclater ce soir, quel film elle veut regarder... J’envie son ingénuité.
      Égoïstement, je me surprends à espérer que la fréquenter me permettra de profiter des miettes de son bonheur simple.
      Une sombre réflexion me traverse soudain l’esprit. Et elle ? Qu’aurait-elle à gagner de ma compagnie ? Au mieux, les répliques acides qui constituent mon humour le plus chaleureux. Au pire...
      Je remonte mon manteau sur mes épaules en vérifiant que personne ne me suis, et hâte le pas.
      Tokyo est dangereuse, la nuit.